GEMMOTHÉRAPIE DE FÉVRIER : LE BOURGEON DE BOULEAU « LE NOUVEAU DÉPART ».

Avec les bourgeons de cassis et de figuier, le bouleau constitue ma triade favorite dans mes conseils en gemmothérapie. C’est un arbre d’une grande puissance, qui parvient à s’implanter sur des terres très abîmées, d’où « le nouveau départ ». Jus, sève fraîche, macérât … dans le bouleau tout est bon. Rien d’étonnant à ce qu’il soit le bourgeon de l’avant printemps : en Médecine Traditionnelle Chinoise, les mois de février et de mars sont consacrés aux soins du foie, et par ricochet, des autres organes émonctoires. Il sera donc votre allié pour la cure détoxication du printemps.

Points forts du bouleau :

Drainant : Oui, le bouleau est reconnu et plébiscité pour détoxiquer l’organisme. Il aide a drainer tout l’organisme dans les tissus profonds, tout particulièrement la peau, les articulations, la lymphe… grand activateur du rein, les déchets délogés peuvent être efficacement évacués. Il constitue également un désacidifiant efficace pour toute personne souffrant de troubles liés à l’accumulation d’acide comme la goutte, l’arthrite, les problèmes de peau, les caries, la parodontose et bien d’autres. Le bouleau est donc un grand nettoyeur, qui permet d’y « voir plus clair »et de pouvoir ainsi mieux travailler sur les dysfonctionnements de votre organisme.

Reminéralisant : Le bouleau reminéralise l’organisme en lui apportant différents minéraux et en favorisant leur assimilation. Je vous rappelle que lorsqu’il y a acidité, le corps va puiser dans ses réserves : en limitant l’acidité, le bouleau évite un épuisement du stock de minéraux. Il favorise également le métabolisme osseux. Il peut être aisément conseillé dans l’ostéoporose ou dans tout affaiblissement osseux associé à une dégradation générale de l’état du patient.

Stimulant endocrinien : Quand l’organisme est corrompu, la chaîne de glandes endocrines se dérègle complètement. Il n’est donc pas étonnant que surviennent fatigue, épuisement, troubles nerveux et troubles hormonaux. Le bouleau permet également une stimulation du système immunitaire en favorisant une augmentation de globules blancs et en activant certaines cellules de la moelle osseuse.

D’autres actions à retenir :

Sphère ostéoarticulaire : Il est utilisé en cas d’arthroses et rhumatismes divers. Dans les troubles articulaires d’origine auto-immune, on pourra l’employer en cure. Il rééquilibre le métabolisme de la construction osseuse qui demande à être régulé lors du développement anarchique de tissus osseux, tels que les « becs de perroquet ».

Le foie : Protecteur et draineur du foie, il limite l’impact des toxiques, médicamenteux par exemple, sur la sphère hépatique ainsi que sur l’organisme de manière plus générale.

La peau : Le bouleau sert de drainant, tout particulièrement lorsque la personne est sujette à des troubles de longue durée, inflammatoires et sans solutions efficaces trouvées.

Le sang : le sang étant porteur de toutes les toxines du corps, sa qualité est meilleure après un drainage profond. Cela permet d’éviter la dégradation des parois des vaisseaux. Le bouleau lutte aussi contre l’hypertension, action pour laquelle son activité diurétique est également bénéfique.

Activité anticancéreuse : L’acide bétulinique présent dans le bourgeon possède des propriétés anticancéreuses. Il peut être utilisé à titre préventif ou servir après rémission dans le but de prévenir une récidive. Je rappelle qu il ne se substituera jamais à un traitement médical.

Comment l’utiliser :

On traitera ici uniquement le mode d’emploi du bourgeon de bouleau.

Il est contre-indiqué chez les personnes allergiques aux dérivés salicylés (type aspirine)

Le rythme de cure reste le même que pour tout autre bourgeon, sur une période de trois semaines :

Semaine 1: 5 gouttes le matin, directement sur la langue. Garder quelques secondes en bouche puis avaler (le gout est assez piquant!)

Semaine 2 : 5 gouttes le matin et 5 gouttes le midi.

Semaine 3 : 5 gouttes matin, midi et soir.

Puis stop. Il est possible de refaire une cure de 3 semaines, sans omettre une semaine de repos entre les deux cures.

N’hésitez pas. Si vous envisagez une cure détoxication, misez sur le bouleau, c’est un « arbre de vie ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s