MOIS SANS TABAC 6 : L’HYPNOSE ET LA SOPHROLOGIE.

Parmi les nombreuses méthodes pouvant être utilisées dans le sevrage tabagique, l’hypnose et la sophrologie occupent une place importante. Comment cela fonctionne, quel est le déroulement d’une séance et quels résultats attendre? Découvrez ces méthodes ici.

L’hypnose ericksonienne.

L’hypnose séduit de plus en plus de fumeurs qui décident de se sevrer. Loin de l’hypnose spectacle, cette méthode vise à modifier le rapport du fumeur au tabac, en prenant appui sur ses croyances ou ses rituels.

L’hypnose repose sur le mécanisme de la suggestion. Cette méthode va donc être efficace pour modifier ses attitudes comportementales et émotionnelles face au tabac. Il est donc à noter que l’hypnose n’agit nullement sur la dépendance à la nicotine, mais bien sur les habitudes et l’imaginaire liées au tabac.

Comment se déroule une séance :

En pratique, la séance débute par un long entretien individuel complet, dont le but est d’évaluer les liens de dépendance du patient (gestes, obsession …) ses motivations, de découvrir son environnement familial et professionnel (positif et négatif) et obtenir ainsi tous les leviers comportementaux mais aussi tout ce qui pourrait interférer dans le sevrage.

Puis le patient est invité à s’installer confortablement et à fermer les yeux. Débute alors ce que l’on appelle « l’induction hypnotique ». Le praticien va mettre le patient en état de conscience modifié, c’est à dire mettre le conscient « en veille » pour s’adresser à l’inconscient où siègent nos habitudes. Il est utile de préciser ici que le patient ne dort pas pendant la séance. Il peut réagir à tout moment. L’hypnose lui « met la tête dans les nuages » et non pas dans un état de faiblesse et de sujétion.

Puis vient la phase de « suggestion hypnotique », faite de métaphores. qui peuvent faire percevoir le tabac comme un ennemi, comme des chaînes qui vous entravent, comme un bourreau. Le thérapeute va essayer de briser toutes les idées reçues du patient au sujet du tabac et suggérer ce que fumer peut représenter de négatif.

Puis le patient revient lentement à un état de conscience normal. Les premiers résultats peuvent être immédiats, mais s’installent dans la durée au bout de 21 jours.

Efficacité : les études montrent que 44% des fumeurs restent encore abstinents 3 mois après la séance. Une seule séance peut suffire mais c’est très rare. Dans ma pratique, pour les « petits fumeurs » une seule consultation est nécessaire. Pour les plus gros consommateurs, je l’utilise en complément d’une autre méthode.

La sophrologie :

Cette méthode est très proche de l’hypnose puisque la séance débute de la même façon, par un entretien et un questionnement.

La sophrologie, comme l’hypnose est basée sur la suggestion. Pour qu’elle soit efficace, il faut d’abord définir les motivations qui animent le patient à arrêter de fumer. Il est important que la personne ait ses propres motivations et qu’il n’ait pas été poussé par son entourage.

Déroulement d’une séance :

Après des exercices de respiration et de visualisation ayant pour but de conduire le patient dans un état de relaxation profonde, le thérapeute suggère des affirmations positives telles que :

  • « Fumer est dangereux et inutile. Je suis intelligent, j’ai la force d’arrêter »
  • « Je respecte mon corps et je m’en soucie, je respecte ma santé et je m’en soucie »
  • « A partir de demain, je ne fumerais que les cigarettes qui me font vraiment plaisir »
  • « Je suis fort(e) je vais y arriver ».
  • « Je n’ai pas peur de l’absence de cigarette »
  • « Fumer ne m’épanouit pas »

Puis le patient sera invité à visualiser le tabac comme nocif, puis à s’en éloigner, en visualisant par exemple un paquet de cigarettes que l’on enferme dans une boîte fermée à clef, ou un paquet qui tombe dans le vide puis qui disparaît…

La sophrologie permet donc d’effacer les automatismes négatifs et de les remplacer par d’autres automatismes positifs et bénéfiques.

Efficacité :

Comme pour l’hypnose, tout dépendra de l’individu, de son niveau de dépendance, de ses motivations et de ses sensibilités.

Je conseille cette approche de sevrage en complément d’autres méthodes.

Mardi prochain, je vous présenterai l’acupuncture dans le sevrage tabagique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s