REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN (RGO): LES SOLUTIONS NATURELLES 1/2

Il s’agit incontestablement de l’un des maux du siècle. Il n’y a qu’à observer les étagères des pharmacies et de constater le nombre de produits à visée symptomatique pour traiter le RGO. Depuis 2010, l’augmentation des IPP (inhibiteurs de la pompe à protons), médicaments initialement destinés au traitement de l’ulcère gastro-duodénal, sont en hausse constante. Entre 2010 et 2015, +27% de consommateurs supplémentaires, et ça augmente encore. Mais pourquoi? Quelles en sont les causes? Est-il utile, voir prudent d’utiliser certains médicaments en vente libre? Et comment en venir à bout naturellement. Les réponses, c’est ici.

Une récente étude a démontré que l’utilisation d’IPP au long terme ou à mauvais escient était dangereuse, et pouvait conduire au développement de maladies cardiovasculaires, d’insuffisances rénales, voir de certains cancers de l’appareil digestif. Et il est certain que leur prescription est souvent abusive ou mal suivie. Il existe pourtant de nombreuses actions simples du quotidien qui peuvent faire disparaître ce désagrément, mais aussi des solutions naturelles.

1- Un peu de bon sens :

Les symptômes du RGO sont nombreux et variés : brûlures d’estomac, remontée des sucs gastriques jusque dans la gorge, accès de toux sèche en particulier la nuit… Ces remontées peuvent être occasionnelles (après un repas copieux) ou bien chroniques. Danns la majorité des cas elles sont dues à notre mode de vie et à notre alimentation.

Prenez le temps:

Stress, surmenage, repas pris sur le pouce, sédentarité, absence d’activité physique constituent des fragilités conduisant au reflux gastrique.

La première chose à faire est de prendre le temps de manger : en effet, les repas pris debout, en 10 minutes, sans savourer provoqueront à coup sûr des désagréments. Il suffit de peu pour en venir à bout. Mangez assis, et surtout mâchez, mâchez, mâchez. Une astuce efficace étant de poser ses couverts (ou son sandwich) entre chaque bouchée et de mâcher au moins 30 fois. La mastication et les enzymes salivaires commenceront alors à fragmenter les aliments et à les préparer pour une digestion efficace.

Prenez des repas plus légers le midi si vous n’avez pas beaucoup de temps, et accordez vous des collations en milieu de matinée et d’après-midi. Plus clairement, faites des repas moins copieux, mais plus nombreux.

Ne vous allongez pas dans les deux heures qui suivent le repas, ou bien avec tête et buste surélevés. La position allongée favorise les remontées acides.Ne vous allongez pas dans les deux heures qui suivent le repas, ou bien avec tête et buste surélevés. La position allongée favorise les remontées acides.

Prenez l’air : si vous travaillez devant un écran, prenez quelques minutes toutes les 2h pour faire quelques pas tout en respirant tranquillement. Vous pouvez également sortir à l’air libre après votre pause repas, en essayant de chasser le stress accumulé pendant la journée.

Bannissez tabac, alcool et café ; ce sont des facteurs aggravants.

Luttez contre le stress : avec une activité sportive ou de loisir, et si nécessaire une supplémentation pour vous détendre.

2- L’alimentation :

Bien entendu, dans votre assiette, il y a les aliments à éviter et ceux à consommer avec tranquillité.

Les aliments à éviter :

  • TOUS les produits raffinés, même occasionnellement.
  • Les aliments acidifiants en excès (viandes, poissons, oeufs, produits laitiers). La consommation de protéines animales en quantité excessive conduit inévitablement à un déséquilibre acido-basique, et donc à bon nombre de pathologies.
  • Le sucre et les produits sucrés (pour le mêmes raisons)
  • L’alcool et le café en excès.
  • Les préparations trop épicées ou trop salées.
  • Les fromages à moisissures qui fermentent : camembert, bleu, roquefort, livarot, brie…
  • Les charcuteries en excès (sauf jambon cuit)

Les aliments à privilégier :

  • Des amandes : elles protègent les parois de l’estomac, et réduisent la production de pepsine, une enzyme digestive très acide.
  • Les bananes, car elles contiennent un composé anti-acide.
  • Du citron : contrairement aux idées reçues, il protège la muqueuse de l’estomac et stimule le foie.
  • Des viandes maigres, riches en protéines et pauvres en matières grasses.
  • Du poisson et des fruits de mer qui stimulent la sécrétion des enzymes digestives et de gastrine, une hormone qui favorise la tension du sphincter (petit anneau musculaire qui empêche la remontée des aliments dans l’oesophage)
  • Des produits laitiers maigres.
  • Du miel, en particulier de manuka.
  • Des fruits rouges.
  • Des céréales entières et des légumineuses.
  • Des légumes et des fruits, particulièrement l’artichaut, l’asperge, le chou cru (sous forme de jus)
  • Certaines épices : cardamome, anis étoile, gingembre, curcuma.
  • De l’eau plate qui active la salivation et prépare la digestion.

La suite de cet article dans une seconde partie disponible demain, où je vous proposerai les solutions en phytothérapie, aromathérapie et gemmothérapie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s